Tu as décidé de perdre du poids, de te lancer un défi ou simplement de te remettre en forme. Tu as bien sûr le feu vert de ton médecin et tu es chaud patate pour démarrer la course à pied. Avant de t’élancer, te je conseille de respecter ces quelques points si tu ne veux pas abandonner au bout de trois séances. Le plus dur, ce n’est pas de commencer mais de continuer.

1 ) Equipe-toi :

Oublie le vieux jogging en coton tout bouloché. Parfait pour glander dans ton canapé le dimanche devant tes séries préférées, il est complètement inadapté à la course à pied. Trop lourd, trop chaud… Vraiment, c’est une mauvaise idée ! Opte plutôt pour des matières plus légères et respirantes et surtout, essaye ta tenue avant de l’acheter. Elle doit être confortable avant d’être esthétique (ok les filles ?). Tu as besoin d’un haut, manches courtes ou longues, moulant ou non, c’est en fonction de tes préférences. Pour le bas, tu as l’embarras du choix ! Short, cycliste, corsaire, collant ou même jupette, il y en a pour tous les goûts. J’aime bien avoir les jambes à l’air, pour moi c’est souvent short ou jupe. Si tu es une fille, il te faudra également investir dans une brassière ou un soutien-gorge adapté. Ne néglige pas ce détail, même si tu as la poitrine de Kate Moss. Si tu veux éviter les ampoules, achète des chaussettes dédiées à la course.

Enfin, il te faudra une bonne paire de chaussures. C’est LA BASE. Sur ce point, nous sommes tous différents, je te conseille donc de te rendre chez le podologue ou dans une boutique spécialisée. Ils t’aideront à t’y retrouver dans cette jungle qu’est le marché des chaussures de running ! Une fois que tu as trouvé le modèle qui te convient, n’en change plus ! (J’en suis bientôt à ma 4ème paire de Pegasus)

Chaussures course à pied
Fais-toi aider par un pro pour trouver le modèle qu’il te faut.

2 ) Ne cours pas avec ton mec / ton meilleur pote trop balaise :

Vous pouvez toujours vous donner rendez-vous si ça t’aide à te motiver pour enfiler ta tenue. Mais une fois sur place, je te conseille de courir seul/e. En tout cas au début. De cette façon, tu vas pouvoir trouver plus facilement ton propre rythme, celui qui te permet de tenir sur la longueur sans (trop) souffrir. Oublie les mots barbares comme VMA ou FCM et base-toi sur tes sensations. Le bon tempo pour commencer, c’est celui qui te permet de pouvoir continuer à papoter en courant (ou chanter, vu que tu es seul/e). Si tu galères vraiment au début, tu peux aussi alterner course et marche. N’aie pas honte, on est tous (ou presque) passés par là ! Enfin ne compare pas tes chronos avec ceux de tes potes. Tu risquerais de déprimer sévère et ce n’est pas le but… Souviens-toi, le plaisir avant tout !

3 ) Vas-y mollo :

Si comme moi, tu n’avais jamais fait de sport avant de te lancer, je te conseille de ne pas dépasser 20 minutes d’entraînement lors de tes premières sorties. Tu augmenteras la durée de celles-ci de manière très progressive, toujours en courant lentement dans un premier temps. J’ai un peu trop chargé la mule à mes débuts, me sentant parfois pousser des ailes, et me suis retrouvée immobilisée à cause d’une vilaine tendinite. Crois-moi, c’est très douloureux, alors évite d’en arriver là.

4 ) Fixe-toi des objectifs :

Je ne te dis pas de planifier un marathon le mois qui suit ta première sortie (par contre je te souhaite de vivre ça au moins une fois dans ta vie). Mais un objectif raisonnable, en fonction de tes capacités et de tes envies. Un seul mot d’ordre, se faire PLAISIR. Tu rêves d’une course à obstacles dans la boue ? De courir 10 kilomètres pour le Téléthon ou 5 kilomètres dans une ville sympa que tu aimerais visiter ? Tu attends quoi pour t’inscrire ? Se fixer des objectifs permet de rester motivé/e et régulier/e dans son entraînement.

Course 10 kms des 4 saisons à Amiens en 2015
La tenue dans laquelle je me sens le plus à l’aise, short & t-shirt.

5 ) Persévère

Ne crois pas que ta première sortie sera une petite promenade de santé. On n’est pas tous égaux face à l’effort. Tu risques donc de souffrir, de transpirer, d’être courbaturé/e et même de découvrir, de façon pas toujours agréable, l’existence de muscles qui t’étaient jusque là inconnus. Ca va faire mal, ça va piquer, mais il ne faudra rien lâcher. C’est un sport un peu maso, il faut passer par là. Tu souffles un bon coup, tu serres les dents, tu mets ton cerveau sur pause et tu vas au bout de ton entraînement. Dernier conseil, fixe toi un planning de sorties et respecte-le, même si tu as trop forcé sur l’apéro la veille / eu une grosse journée / as la flemme ou qu’il fait froid. On dit que l’appétit vient en mangeant, c’est un peu pareil en course à pied.

Allez, go go go !
Et toi, quels sont tes petits trucs pour te motiver ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

1 Commentaire

Écrire un commentaire

 

Plus dans Course
Courir la nuit
Courir en toute sécurité quand on est une femme

Je suis une trouillarde. Il m'est impossible de fermer l'oeil quand je suis seule chez moi le soir, de prendre...

Fermer