S’il n’y avait pas la raclette pour accompagner cette saison, je crois que je n’y survivrais pas. Nez qui coule, yeux qui pleurent, mains et pieds gelés, lèvres gercées, joues rouges… Tous ces symptômes me font détester l’hiver. Mais bizarrement, c’est l’une des saisons que je préfère pour courir. Pourtant, je te l’accorde, il n’est pas toujours facile de se motiver quand il fait nuit noire à 17h et que la température flirte avec le zéro. Voici donc 10 bonnes raisons de t’accrocher et de continuer courir :

On transpire moins

Voire pas du tout quand les températures sont négatives, à condition de ne pas sortir en doudoune et en chapka ! C’est plutôt agréable et ça rend l’effort moins pénible. Si comme moi, tu as tendance à transpirer comme un boeuf le reste de l’année, tu apprécieras beaucoup courir quand il fait froid. On se sent bien plus léger. Mais ce n’est pas une raison pour zapper la douche à ton retour petit(e) coquin(e). A la limite, tu peux esquiver le shampooing si tu as pris soin d’attacher ta crinière soyeuse avant de partir.

On admire le paysage

Ok, le ciel est tout gris et les arbres complètement à poil. Mais si tu regardes bien autour de toi, il y a plein de jolies choses à voir autour de ce lac gelé ou de ces chemins enneigés. C’est un peu plus casse-gueule que d’habitude, certes, et il te faudra parfois slalomer entre les plaques de verglas pour éviter de glisser et de finir aux urgences, mais ça vaut vraiment le coup d’oeil.

Paysages hiver running.
Ne t’arrête pas trop longtemps pour les photos, tu risquerais de perdre un doigt !

On élimine

La galette de mémé, les chocolats offerts par tonton, la raclette engloutie chez les copains… L’hiver, c’est la saison des repas gargantuesques en série.  Alors ce n’est vraiment pas le moment de baisser les bras ! Et bonne nouvelle, avec le froid, ton corps brûle plus de calories pendant l’effort. Si tu veux éviter de ressembler au bonhomme Michelin au début du printemps, tu sais ce qu’il te reste à faire.

On garde la pêche

On est tous un peu chafouins pendant cette période de l’année : le soleil se fait rare, les jours sont plus courts, le moral est au fond des chaussettes. Vidés de toute énergie, on ne rêve que d’une chose, dormir 12h par nuit et passer nos journées dans le canapé (à s’empiffrer de chocolat, le combo parfait). Pour y remédier, rien de tel qu’une bonne dose d’endorphines ! On a souvent la flemme d’enfiler ses baskets pour aller courir mais on ne regrette jamais de l’avoir fait ! Ca réveille, ça donne la pêche et ça redonne le sourire.

On se réchauffe

Sortir de chez soi en pull quand il fait 2 degrés ça peut paraître un peu maso (et ça l’est pour le commun des mortels). Mais passé le premier kilomètre (ou les deux premiers, promis pas plus), tu n’auras plus froid du tout ! Donc fais attention à ne pas trop te couvrir. Perso je me contente de deux couches (t.shirt + manches longues) et d’une paire de gants jusqu’à zéro degré. Je ne sors l’artillerie lourde (veste + cache-oreilles) qu’en cas de températures négatives.

Courir hiver avantages.
On a l’air de souffrir ?

On se sent fort

Chaque année au mois de novembre, c’est la même question qui revient : « Tu cours toujours avec ce temps ? » (j’aurais d’ailleurs pu la caser dans mon Top 5 des phrases énervantes celle-ci). Si tu as le courage d’affronter le froid, la neige et la nuit pour continuer à t’entraîner, tu passeras pour un super-héros auprès de tes potes et de tes collègues de boulot.

On gagne en mental

Tu l’as sans doute remarqué, les chemins sont déserts l’hiver. On se retrouve donc souvent seul, le nez au vent et la mâchoire engourdie par le froid en se demandant (parfois) ce qu’on fout là pendant que d’autres sont chez eux au chaud… Des conditions idéales pour se forger un mental d’acier en un rien de temps !

On se prépare

Pour le premier 10km de l’année en février, le semi du mois de mars ou le marathon du printemps… ou bien les trois à la fois ! Tu as l’impression que c’est loin mais tu te trompes, ça va arriver très vite… Alors oui tu peux souffler quelques jours pendant les fêtes si ton corps en a besoin, mais ne t’attarde pas trop dans le canapé car la reprise risque de piquer. Plus tu attends, plus ça sera dur.

Lupo canicross hiver.
Avec un regard pareil, comment lui refuser une sortie ?

On repousse les microbes

Tes collègues ont tous le nez rouge à force de se moucher, leurs Kleenex usagers s’entassent dans les poubelles de l’open space… Tu es le seul rescapé de ce massacre… C’est normal, courir l’hiver stimule ton système de défense immunitaire. Je ne sais pas trop comment ça marche (je suis journaliste, pas scientifique) mais des études – a priori sérieuses – le prouvent. Moi je te le prouve en tout cas : je ne suis jamais malade !

On fait plaisir à sa bête de course

Si tu as un chien, tu seras de toute façon obligé de sortir pour lui faire faire ses besoins, alors autant y aller en courant, au moins tu n’auras pas froid ! Et lui sera super content à l’idée de t’accompagner. Médor est beaucoup moins regardant que toi sur la météo, il se fiche complètement qu’il vente, neige ou pleuve. Quel que soit le temps, il adore être dehors. D’ailleurs, inutile de le couvrir.

Si tu n’es toujours pas convaincu des bienfaits de la course à pied en hiver, je te propose de gagner un abonnement à Jogging International que tu pourras feuilleter tranquillement au chaud dans ton canapé.

Et toi, t’es plutôt du genre pantoufles ou baskets en hiver ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

1 Commentaire

  1. « attention à ne pas trop te couvrir »

    De manière genérale, toujours partir sur un frisson 😉

Écrire un commentaire

 

Plus dans Course
Semi marathon Amiens Métropole juillet 2016.
Running : les 5 phrases qui m’énervent

Aujourd'hui je ne vais pas m'adresser directement à toi cher lecteur (ou chère lectrice), mais au petit casse-pied qui ne...

Fermer