J’aime tous les chiens, mais il y en a un auquel je suis devenue accro. Avec sa robe gris-argenté, ses beaux yeux clairs et sa silhouette d’Apollon, le braque de Weimar ne passe pas inaperçu. Il apparaît de plus en plus souvent dans des spots publicitaires et de nombreux acquéreurs se laissent séduire par son élégance et sa grâce naturelles.
Des acquéreurs pas toujours bien informés et qui, dépassés par la situation, finissent par se séparer de leur chien dans le pire des cas. On voit malheureusement de plus en plus de grisous dans les refuges ou à donner sur les pages d’un célèbre site de petites annonces en ligne. Une situation qui m’attriste et me motive à faire un point sur les exigences de cette magnifique race (pas très objective cette journaliste…).

Pour une bonne cohabitation avec un braque de Weimar, mieux vaut être :

Chasseur : On a trop souvent tendance à l’oublier, mais le braque de Weimar est à l’origine un chien de chasse. Il appartient, comme ses cousins Allemands, Hongrois ou d’Auvergne, au groupe 7 des chiens d’arrêt. Avec son flair remarquable et son endurance à toute épreuve, il excelle dans cette discipline pour laquelle il été sélectionné génétiquement et qui lui permet d’évacuer son énergie légendaire.

Lupo et sa proie.
N’oublie jamais que le braque de Weimar garde son instinct de chasseur.

 

Ou sportif : un braque qui ne chasse pas devra absolument pratiquer une activité physique régulière au risque de s’ennuyer (et un braque qui s’ennuie, crois-moi, ça peut faire de sérieux dégâts!). Chien dynamique, puissant, polyvalent et robuste, il pourra te suivre partout : canicross, canivtt, agility, canirando ou même obérythmée (à condition d’être patient, lire plus bas). Une fois sa croissance terminée, il sera un partenaire de sport idéal pour toute la famille ! Attention toutefois avec les jeunes enfants, car il ne fait pas toujours dans la dentelle.

Lupo, braque de weimar, en train de se dépenser
Le braque de Weimar a besoin de se dépenser au quotidien. Avec lui tu ne t’ennuieras jamais.

 

Et/ou dynamique : tous les propriétaires de grisous ne sont pas des champions olympiques et heureusement, car on n’en verrait pas souvent. Mais comme je le dis plus haut, ce chien a besoin de se dépenser. Si tu ne peux pas faire de sport avec lui ou l’emmener chasser, il faudra lui accorder de grandes promenades, quel que soit le temps (je suis en Picardie, imagine un peu…). A l’extérieur, il est toujours en action, à l’affût, et aura besoin d’un bon rappel si tu veux pouvoir le laisser courir en liberté. N’oublie pas que c’est un chasseur ! De toute façon si tu l’oublies, lui saura te le rappeler 😉

Patient : comme beaucoup de chiens de chasse, le grisou est tenace et obstiné. Il est aussi têtu. Très, très têtu. Intelligent, il comprend vite ce que tu lui demandes mais s’il n’a pas envie d’obtempérer, il n’hésite pas à te snober. Il te faudra alors rester zen et te montrer plus têtu que lui (bon courage !). Son éducation devra être ferme sans être brutale (il est sensible ce grand gaillard). Elle commence dès son plus jeune âge, ne te laisse donc pas apitoyer par son air de chien battu qu’il imite à merveille. Apprends lui tout de suite à marcher en laisse, au risque de voir chacune de vos sorties se transformer en séance de ski nautique (la bête peut peser jusqu’à 40 kilos une fois adulte).

Lupo et sa tête de victime après une bêtise.
Ne te laisses pas berner, le grisou est un très bon acteur.

 

Pas maniaque : tous les animaux laissent des traces dans une maison. Mais le grisou est un champion dans cette discipline. Bien qu’il soit très calme en intérieur (à condition de respecter les points 1, 2 et 3), tu auras parfois l’impression de vivre avec une tornade. Il est incapable de boire proprement (c’est un euphémisme) et peut ruiner tes vitres propres à coups de grosses pattes boueuses en un éclair. Quand il est seul, il n’hésite pas non plus à refaire ta déco ou à transformer ton courrier en confettis (déjà vécu avec la taxe d’habitation…). Il reste un grand enfant jusqu’à ses 2/3 ans environ, parfois même toute sa vie. Par contre il sait rendre service en aspirant les sols, attiré par tout ce qui s’apparente, de près ou de loin, à de la nourriture. Il te faudra d’ailleurs être vigilant/e sur ce point, car il n’hésite pas à se rendre malade. Enfin, malgré ses apparences de chien classieux, il aime se rouler dans les charognes décomposées et les bouses d’animaux en tous genres à l’odeur nauséabonde.

Photo - Lupo et ses bêtises.
Des surprises comme celle-ci : la routine avec un jeune grisou.

 

Et disponible : tous les propriétaires de grisous te le diront, c’est un pot de colle. Impossible de faire un pas sans qu’il te suive. Le braque de Weimar a besoin d’être en contact permanent avec son maître et réclame beaucoup d’affection et d’attention. Il sera le partenaire idéal de tes longues soirées d’hiver au coin du feu et son regard ne quittera jamais le tien. L’avantage, c’est qu’il ne s’éloigne jamais trop (sauf si un canard le nargue). L’inconvénient, c’est que si tu ne lui donnes pas de limites, il peut vite devenir envahissant et n’hésitera pas à squatter ton lit !

Lo et Lupo, moment calin
Le grisou adooooore les câlins 🙂

 

Si tu te reconnais dans les points évoqués ci-dessus, c’est que tu peux tenter l’aventure.
Tu ne le regretteras pas.

Et toi, c’est quoi ta race préférée ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

21 Commentaires

  1. Bonne description du braque de Weimar.
    Mon poil long est une pationnée de chasse et de footing.
    Ils sont heureux dans l effort.
    Seb

    • Lo Répondre

      Merci Seb !
      Elle doit être comblée ta grisette 🙂 Continuez à vous éclater ensemble !

  2. Effectivement je n aurais pas dit autre chose de plus, vivant moi même chez une weimar depuis 8ans!( j’ai bien dit « chez »!!!!)

    • Lo Répondre

      Ils sont malins et savent très bien nous amadouer 😉
      Des caresses à votre grisette !

  3. Bravo pour cet article (plein d’humour), cela reflète totalement le caractère du braque de weimar. Il ne faut pas oublier que ce sont des chiens de travail, peu importe l’activité que l’on partage avec eux, mais c’est une source d’équilibre pour nos grisous.

    • Lo Répondre

      Bonjour Carole,
      Je dis souvent, un chien fatigué est un chien heureux ! C’est d’autant plus vrai avec un BDW 🙂

    • Lo Répondre

      Il faudra bien penser à ranger tous tes sacs à main et tes chaussures en cas d’absence 😉 Le braque est fourbe et s’en prend à ce qu’on a de plus précieux !

  4. Bonjour,
    Mon épouse et moi-même adorons le braque de Weimar mais nous avons de magnifiques poules d’ornement qui se promènent en totale liberté. Ce mélange est il possible si le chien les côtoie depuis tout petit ?
    Merci

    • Lo Répondre

      Bonjour Laurent,

      Même si le chiot est habitué depuis son plus jeune âge, la cohabitation avec des poules me semble un peu compliquée… Ca peut encore passer avec des chats (Lupo vit très bien avec les chats de la maison mais course ceux que nous croisons dehors) par contre des volatiles, surtout en liberté j’éviterais… ! Ils sont très très chasseurs !

      Bonne journée 🙂

    • Stephanie Bredel Répondre

      Perso avec mon braque ca se passait tres bien pourtant les poukettes sont arrives apres.. par contre mon deuxième braque adorait les faire courir lui cetzit pas possible

  5. Super article, mon braque est arrivé à la maison il y bientôt 9 mois et j’ai l’impression que c’est lui que tu décris 🙂

  6. En amour avec cette race aussi!! Faut croire qu’ils sont tous très semblent, car l’air piteux du tien est identique au mien! Nous tentons le canicross également! 🙂

    • Lo Répondre

      Ce sont les chiens les plus attachiants du monde 😉

      Génial pour le canicross, vous allez vous éclater ! Les Weimar adorent ça !

      Des caresses à ton grisou 🙂

  7. Coucou, nous avons une jeune braque hongroise et ce que tu décris lui correspond très bien également. Energique, endurante, chasseuse, pot de colle, actrice….elle nous comble.

    Ton blog est top en tout cas, une vraie source de motivation.

    Bises.

    • Lo Répondre

      Salut Harmonie,

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! 🙂
      Les Hongrois sont magnifiques aussi, ils me font beaucoup penser aux Weimar dans leurs mimiques. Je n’en ai, hélas, jamais vu en vrai !

      Tu prévois de canicrosser avec ta chienne ? Si oui, tu vas te régaler, ce sont de vraies bêtes de course 😉

      A bientôt!

  8. Ma race préferée est le Bouledogue Français. Ce sont aussi des chiens très affectueux et très… tétus ^^ J’aimerais bien courrir avec lui de temps en temps mais avec sa face applatie c’est pas forcément conseillé… A défaut je le promène tous les jours 45 minutes-1heure… Il tire pas mal en laisse aussi et a pas mal d’énergie… je tenterai peut-être un jour le canicross avec lui sur de courtes distances… Mon véto m’a dit qu’il fallait juste que je sois à son écoute, que la couse à pieds n’était pas interdit avec les boubous… affaire à suivre 🙂 Merci pour tes articles, ils sont vraiment top ! je devais me coucher tôt ce soir (boulot demain oblige) mais j’ai envie de lire tous tes articles !!!
    Bisous 🙂

    • Lo Répondre

      Bonjour Hélène,

      C’est tout à fait possible de faire du canicross avec un bouledogue français ! Et même conseillé s’il est assez speed 🙂 Le tout est de s’adapter à son rythme et de savoir bien doser l’effort pour éviter de le mettre en danger. Cette règle est d’ailleurs valable pour tous les chiens. A nous de bien les observer pour savoir quand mettre fin à une séance.
      Sur les compétitions, toutes les races sont autorisées ! On voit souvent des boxers d’ailleurs, pourtant à face plate aussi. L’essentiel c’est de s’amuser avec son chien 🙂
      Merci beaucoup en tout cas pour tes encouragements concernant le blog, ça me fait plaisir !
      A bientôt

Écrire un commentaire