Quand j’ai débuté la course à pied, il m’arrivait souvent de croiser et d’observer, avec envie, des coureurs accompagnés de leur chien. Ce sport insolite et la complicité qu’il permet d’instaurer entre le maître et son animal, quelle que soit sa taille, me fascinaient.

Lorsque Lupo (prononcez Loupo) est arrivé dans ma vie deux ans plus tard, il était certain qu’il n’allait pas y échapper. Le choix de la race s’est d’ailleurs orienté en fonction de ça, mais pas uniquement (il est trop beau!).

Septembre 2015, la (future) bête (de course) débarque à la maison. J’ai hâte de commencer l’entraînement avec lui mais je patiente. Il faut attendre la fin de sa croissance, une période comprise entre 12 et 18 mois chez les grands chiens comme le braque de Weimar.

Janvier 2016, mon enthousiasme s’envole subitement quand Lupo se casse une patte en faisant le foufou lors d’une balade au parc. Il est opéré le surlendemain et passe huit semaines immobilisé. La rééducation est longue. Dès qu’il court trop longtemps ou qu’il chahute un peu, sa patte le fait souffrir ou boiter.

 

Radio de la fracture de Lupo
Radio de sa double fracture
Lupo et sa fracture
Lupo n’a gardé aucune séquelle de son opération.

Début juillet, avec le feu vert de mon véto, je décide de l’emmener courir avec moi. D’abord en libre, sur de petites distances. Bingo, il adore ça !
Le problème, c’est qu’il profite de nos sorties pour traquer chats, canards et poules d’eau, voire cyclistes ou coureurs dans le pire des cas. C’est un chien de chasse, tout ce qui est en mouvement est pour lui une proie potentielle… Très vite, je m’équipe donc d’un harnais, d’un baudrier et d’une ligne de trait, le trio indispensable pour débuter.

=> J’utilise avec Lupo un harnais de canicross Zero DC Faster, un baudrier de canicross Zero DC et une longe Inlandsis Canicrosstrail

La première fois que je m’élance avec Lupo à l’autre bout de la ligne, je ne fais pas la maligne. Il est puissant, j’ai peur de voler. Passée l’excitation des premières minutes, il se calme, se cale à mon rythme, ignore les coureurs, cyclistes et poules d’eau que nous croisons. Pour les chats, c’est pas encore gagné.

premières sorties en canicross
Les sensations en canicross sont extraordinaires.

Je découvre de très belles sensations. La complicité, le respect et l’écoute réciproques s’installent entre nous. Je suis accro et Lupo aussi. Cette activité lui permet de se défouler (il en a sacrément besoin, ceux qui le connaissent peuvent en témoigner!) et d’apprendre de nouveaux ordres de manière ludique (stop, doucement, gauche, droite, devant). Lui qui est d’ordinaire si distrait devient alors ultra concentré. On est en fusion, on s’éclate.

Tu attends quoi pour te lancer en canicross ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

Écrire un commentaire