Je suis une trouillarde. Il m’est impossible de fermer l’oeil quand je suis seule chez moi le soir, de prendre l’avion ou de monter sur une échelle (te moques pas, je suis sûre que tu as peur des souris). Quand je cours, il m’arrive souvent d’avoir peur aussi (redevenons sérieux un instant). Des craintes nourries par de nombreux faits-divers, comme celui de la semaine dernière annonçant la découverte du corps d’une jeune joggeuse disparue en Alsace. A chaque nouvel article dans la presse, je prends un peu plus conscience que courir seule, quand on est une femme, n’est pas sans risque. Mais comme toi, je suis quelque peu accro à la course à pied, aussi, je refuse de céder à la paranoïa.

Munis toi d'une lampe frontale quand tu cours seule la nuit.
Pour courir en sécurité, je te conseille, entre autres, une lampe frontale et un chien.

Voici donc mes petites astuces, pour me (et te sentir) un peu plus en sécurité :

Prévenir :

Avant de t’élancer, pense à dire à ton mec / ta meilleure copine / ta mère / ton chat (non, le chat çe ne marche pas…), bref à qui tu veux … que tu pars courir. Sans oublier de préciser : où, quand et combien de temps. Tu es une femme indépendante et tu n’as pas envie de rendre des comptes, je comprends bien, mais dans ce cas précis ravale ta fierté car ça peut te rendre service.

Innover :

Dans la mesure du possible, pense à varier ton itinéraire et/ou tes horaires d’entraînement. Ca diminue tes chances de te faire repérer par un sale type. Si tu peux, évite les chemins ou sentiers très isolés (garde ces petits plaisirs pour tes sorties en groupe) et privilégie les axes fréquentés. Bien sûr, fie-toi aussi à ton instinct. Si tu ne te sens pas à l’aise, n’hésite pas à faire demi-tour. Je ne compte plus le nombre de fois où ça m’est arrivé.

Tendre l’oreille :

Si comme moi, tu as l’habitude de courir en musique (souvent pourrie, avouons-le), baisse le volume. Oui, c’est beaucoup moins fun, mais au moins tu pourras entendre s’il se passe quelque chose d’anormal autour de toi. Sur le casque que j’utilise, le Trainer de Gibson (je t’en parle plus en détails dans l’article sur mes accessoires indispensables en course à pied ), il y a une option « SafeSound » qui permet, d’une simple pression, d’optimiser le son en rendant les bruits extérieurs bien audibles.

Etre visible :

Je ne te dis pas de te décorer en sapin de Noël, mais simplement de porter des vêtements colorés ou réfléchissants, surtout si tu cours la nuit. Tu peux ajouter un lampe frontale à ton équipement pour voir et être vue (à partir de 5euros chez Décathlon, tu n’as aucune excuse). Mon casque dispose d’une petite Led clignotante, un vrai plus !

Investir dans des gadgets :

Je ne suis pas partisane des sprays lacrymogènes ou au poivre. Il faut savoir s’en servir et je ne suis pas sûre que tu aies vraiment le temps de les dégainer en cas de pépin. Dans le pire des cas, ils peuvent même se retourner contre toi. Par contre il existe des petits sifflets, à accrocher autour du cou, ou des alarmes, très pratiques à déclencher, qui peuvent t’aider à faire fuir un type louche. Si tu cours avec ton téléphone (ce que je te conseille fortement si tu pars seule), tu peux aussi télécharger les applis Red Panic Button ou My Panic Alarm qui donnent l’alerte à tes proches en cas d’urgence et permettent de te géolocaliser.

Rejoindre un groupe :

L’union fait la force, tu le sais. Alors pourquoi ne pas rejoindre un groupe de coureurs pour continuer à t’entraîner en toute zenitude ? Avec un peu de chance tu pourrais même y trouver ton prince charmant ! Si tes potes sont aussi flemards que les miens et que tu n’as personne avec qui courir, tu peux trouver des partenaires sur Cojogg. Ca fonctionne comme un réseau social. Tu t’inscris, tu proposes un run ou tu te greffes à une sortie, c’est au choix et ça marche dans toute la France. Petit plus, ce sont des Amiénois (comme moi!) qui ont eu cette idée sympa et ultra conviviale.

Edit : J’ai depuis créé un Club sur Strava pour que nous puissions courir ensemble, rejoins-nous 🙂

Adopter un chien :

Tu as vu le nom du blog ? Ici on parle de course, mais aussi de bêtes. Alors même si le canicross n’est pas forcément ton truc, va au bout de ce paragraphe. Outre le plaisir que te procure la présence de ton plus fidèle ami quand tu cours, elle peut aussi être synonyme de sécurité. Tu t’en doutes, cette astuce n’aura pas le même efficacité avec un Spitz nain qu’avec un Berger Allemand. Mais vu le nombre de personnes qui ont peur des chiens (tu te reconnais peut-être?), Médor peut avoir un super effet dissuasif voire répulsif.

Et toi, quelles sont tes astuces anti-connards ?

 

Edit 17 jan 2017 : Bien entendu, hormis pour le passage où je mentionne les « femmes indépendantes », ces conseils peuvent tout aussi bien s’appliquer aux hommes trouillards 😉

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

2 Commentaires

  1. Hahaha, merci du clin d’oeil 😉
    Et oui ça arrive à tout le monde d’avoir la trouille, et même avec un Sammy de défense !

  2. Bonjour,
    Superbe article et très bons conseils que je vais partager avec les membres de la communauté My Keeper.
    J’habite un petit village de Provence et je cours tous les jours au-dessus de chez moi. Je jogge également quand je suis en déplacement à l’étranger pour mon travail ou en vacances. J’avoue avoir eu la chance de n’avoir jamais eu de gros problèmes. Mon mari et mes fils se faisaient et se font toujours beaucoup de soucis quand je cours seule et m’avaient acheté un chien pour m’accompagner (un cane corso de 45kg). C’était dissuasif mais parfois un peu difficile à contrôler, surtout lors du croisement avec d’autres chien(ne)s. Finalement, cette bonne bête s’est mise à boiter et j’ai perdu mon garde du corps.
    Lors d’une discussion familiale autour de ce sujet, mes fils, l’un est ingénieur en informatique et l’autre sort de l’EDHEC ont eu l’idée qu’une application informatique téléchargée sur son portable et permettant d’alerter ses proches en cas de problème pourrait m’être très utile. En l’associant à un bouton d’alerte accroché à la ceinture ou clippé sur son jogging, cela devait permettre de prévenir, en un clic, ses proches qu’on était en difficulté et d’être immédiatement géolocalisé.
    J’avais envie d’un dernier challenge avant la retraite, mes fils trouvaient super de commencer leur vie professionnelle en créant une startup. Voilà comment est née notre startup familiale MyKeeper et pourquoi je courre maintenant avec mon keeper à la ceinture et la possibilité d’alerter facilement mes hommes en cas de soucis (rencontre de sangliers, chutes, chasseurs mauvais tireurs ou trop entreprenants, …).
    Nous venons de mettre l’application en ligne sur AppleStore et GoogleStore . Elle peut être téléchargée gratuitement via le site Web « mykeeper.fr » ; les boutons d’alerte sont en vente sur le même site. Pour celles qui veulent rassurer leur entourage ou être sereines en courant seules, c’est un dispositif bien pratique …
    Evelyne

Écrire un commentaire

 

Plus dans Course
ma première course à pied
La course à pied, c’était pas gagné

J'ai toujours détesté le sport. Au collège, je faisais partie de ceux qui prétextent une douleur imaginaire pour rester assis...

Fermer