À toi qui penses, sans jamais avoir essayé, que le canicross est quelque chose de « facile » puisque c’est le chien « qui fait tout le boulot », sache que tu te mets le doigt dans l’oeil.

Tu l’ignores peut-être encore, mais le canicross est un sport exigeant, encadré par des fédérations et des règles. Je vais tenter de te faire changer d’avis en te listant les principales qualités humaines et techniques que le canicross requiert.

Une bonne condition physique

Bien sûr, le canicross est un sport accessible à tous, tout comme la course à pied. Mais avant d’atteler ton chien pour la toute première fois, je te conseille d’être un minimum entraîné, surtout s’il a un bon will to go (volonté de tirer). Ça commence donc par des séances en solo pour pouvoir développer les jambes et l’endurance nécessaires pour le suivre sans trop subir. Car le but du canicross n’est pas de se faire « traîner » par son chien comme tu peux le croire, mais de fournir un effort commun et simultané pour le plaisir et le confort des deux parties. Autrement dit, tu ne dois pas être boulet pour ton chien et lui ne doit pas te servir de porte-drapeau. Je ne te dis pas qu’il faut courir aussi vite que ton chien (de toute façon tu n’y arriveras pas) mais qu’il faut te remettre un minimum en forme avant de te lancer.

Canicross Lo et Lupo.
Le moindre obstacle peut se transformer en danger quand tu es lancé à toute vitesse.

De la technique

Savais-tu qu’un chien de chasse pouvait se transformer en guépard à la vue d’un chat en fuite ? Ou qu’un chien apeuré par des bruits de pétards pouvait se cabrer avec la même force qu’un étalon ? Courir vite ou posséder la Rolls des chiens ne suffit pas pour être un bon canicrosseur. Il faut aussi avoir une parfaite maîtrise de soi et de son chien pour pouvoir gérer tous types de situations. La tâche est plus ou moins difficile selon sa taille, sa puissance et sa fougue. En compétition, il faut aussi être capable de gérer les départs, ultra rapides (jusqu’à 30km/h pour les meilleures bêtes de course) et le dépassement des autres concurrents, tout en évitant les bagarres. Pour ça, tu ne disposes que d’une ligne de trait qui ressemble à un élastique géant. Bon courage ! Dans les descentes sur terrain bien gras, avec un chien lancé à vive allure devant toi, il te faudra parfois dégainer tes plus beaux appuis pour éviter les chutes. Bref, le canicross c’est loin d’être une petite promenade de santé.

De la patience

Un chien de canicross ou un chien tout court n’est jamais livré « clé en main ». Courir en parfaite harmonie à ses côtés ou relié à lui nécessite donc un peu de préparation et un apprentissage, plus ou moins long selon son tempérament. Si tu veux éviter de finir dans le fossé dès la première sortie, ton chien doit pouvoir répondre à ces quelques ordres basiques : devant, gauche, droite, stop. Ton chien devra également apprendre la politesse : ne pas sauter sur les coureurs, ni sur les chiens que vous croisez. N’oublie pas que ta ligne de trait est élastique, tu es donc à sa merci. Ca paraît assez simple comme ça, mais selon la race / le caractère de ta bête de course, ça peut prendre plusieurs semaines voire quelques mois. Tout ça demande donc un peu de patience (et beaucoup de travail), surtout si ta bête de course est aussi têtue que la mienne.

Complicité canicross.
Courir vite et bien ne suffit pas,
il faut aussi de la complicité avec ton chien.

De la concentration

Que ce soit en libre ou en traction, courir avec son chien nécessite une attention de tous les instants. Je te conseille d’ouvrir l’oeil et de bien tendre l’oreille lors de tes sorties ou compétitions. Un gentil chien en liberté, une petite branche tombée au sol, une fine plaque de verglas ou un chat qui surgit d’un buisson… Tout ça te semble bien anodin à première vue ? Quand tu seras lancé à plus de 20km/h avec ton chien et que tu devras te racheter un coccyx à la suite d’une mauvaise chute, tu changeras peut-être d’avis. Ces situations sont encore plus périlleuses en caniVTT ou cani-trottinette où le port du casque est d’ailleurs obligatoire.

De la passion

Pour former un bon duo de canicross, il faut d’abord former un bon duo dans la vie de tous les jours. Ton chien ne mettra de l’énergie et de l’enthousiasme dans la course que s’il a envie de te faire plaisir. Le canicross est avant tout un sport d’équipe. Pour avoir une bonne connexion avec ton chien, il faut donc avoir une bonne relation avec lui. Une bonne relation est basée sur le respect, l’amour et la complicité. Tout ça ne se crée pas en un jour.

Quelle est la qualité indispensable à tes yeux pour faire un bon canicrosseur ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

13 Commentaires

  1. C’est un très bel article ! Je commence, grâce à toi, à comprendre toute la complexité et la beauté de ce sport

  2. Pas vraiment d’accord sur le fait de se remettre en forme avant de commencer le canicross ! Je te l’ai dis, j’ai horreur de courir et je le fais seulement pour que mon Sammy se vide un peu de son épuisante énergie, c’est ma seule source de motivation et sans lui je n’aurai jamais commencé à courir.

    D’un point de départ à 8min/km il y a un peu plus de 4 mois jusqu’à 5’40 aujourd’hui, Sammy s’est toujours éclaté à me tracter et il s’éclate de plus en plus maintenant que quelques kilos sont partis, et que ça va progressivement un peu plus vite. Après, mon Médor ne fait pas 40kg et ne m’a jamais fait passer mon permis de pilote d’avion..!

    Tout le reste, c’est très bien résumé ! 🙂

    • Lo Répondre

      Bonjour Julien et merci pour ton petit mot 🙂

      C’est toujours intéressant d’échanger des points de vue différents.

      La vitesse ou l’allure n’a que peu d’importance (mais au passage, bravo pour cette très belle progression !). Par « se remettre en forme », je voulais simplement dire qu’il est préférable d’aller courir ou même marcher un peu seul avant de se lancer avec son chien. Passer de la sédentarité la plus totale à des séances de canicross, ça me paraît un peu radical. C’est en tout cas mon avis 🙂

      Bravo également de te « sacrifier » pour ta petite fusée Sammy. C’est une très belle preuve d’amour 🙂

  3. J ai eu droit au chat qui traverse devant ma bête de course(le meme QUE la tienne!) ALors QUE je n était pas attentive, et bie. J ai fait un beau vol plané et suis revenue en sang!!!!!maid qu importe, C est le métier qui rentre!!!

    • Lo Répondre

      Ah ces grisous…. !

      C’est très casse-gueule comme sport, il faut être un peu maso pour aimer ça 😉

  4. J’étais un adepte des courses de longue distance et la grande différence dans le canicross est le respect du rythme et de la motivation du chien. En course de longue distance, on doit établir son rythme dans les 5-10 premières minutes, alors que le chien, lui, est au summum de sa motivation. Il faut savoir accepter de se mettre dans le rouge au début quitte à se réchauffer sans chien. C’est la grande adaptation que j’ai eu à faire. Profiter des premiers 1-2 kilomètres pour donner le maximum de vous même à votre chien. Ça se calme par la suite. Il faut aussi savoir s’arrêter quand le chien en a assez.

    • Lo Répondre

      Bonjour Michel 🙂

      Je suis entièrement d’accord ! Moi aussi je pratique beaucoup la longue distance, c’est d’ailleurs ce que je préfère. Généralement Lupo est très excité en début de parcours, c’est pourquoi je le laisse se défouler en libre sur les 20/25 premières minutes du parcours quand c’est possible.

      Une fois qu’il a eu sa dose de sprints il est généralement plus calme et prêt à se caler sur mon rythme 🙂

      A bientôt 🙂

  5. en compète c’est mono-chien, mais à l’entraînement, ce n’est pas rare que j’attache mes 3 chiens en même temps.; disons par manque de temps pour les ballades (3 fois une heure sinon!) et là il faut une bonne dose de complicité pour que les 4 cerveaux arrivent sans accrocs à bon port.. il m’est arrivé, une fois en forêt , d’être observée par une biche qui trouvait certainement l’attelage rigolo; soit 25kg +30kg+35kg d’un coté des longes et moi 53kg de l’autre… mes chiens l’avaient calculé sur le coté, mon ordre : »devant! » avait bien été compris ..; mais la bichette suprise de n’être pas pris en chasse à sauté le buisson devant nous .. pour mieux détaler et là j’avoue avoir battu le record de Usan Bollt avant tomber à plat ventre… les chiens ont stoppé à ce moment.. et m’ont regardé un peu honteux…. que du bonheur le canicross!!! c’est l’école de l’anticipation aussi comme le « ch’val..

  6. Bonjour Lo

    Tout d’abord, Lupo est un chien magnifique.
    Il a ce regard clair à la fois vif et si doux qui caractérise sa race.

    j’ai débuté la course à pied très tard mais je ne regrette rien car ayant un samoyède de 15 mois je commence maintenant à partager notre passion commune en l’initiant au canicross.
    Il commence juste mais il a deja la course dans le sang.
    il apprend vite et il est fait pour courir.
    juste petit problème, mon chien n’ayant pas un bon rappel je suis obligée de faire le boulet au début car lui est trop vif mais mon samoyéde finit par comprendre et se régule après 10 mn de courses.
    Cela m’oblige à travailler mes accélerations .
    J’en ai bersoin!
    On court en binome pour le moment avec mon mari qui le récupère 15 mn après moi.
    Je confirme courir seule ou à plusieurs etait deja un plaisir mais courir avec son chien c’est le top !
    on fait ça juste pour partager notre sport tous ensemble sans compétition et sans prétentions et même si mon chien trotine.

    Merci pour tous vos conseils de pro!

Écrire un commentaire

 

Plus dans Canicross
Trio mordu de canicross : Yohan, Iago et Minty

Bête de course donne la parole à d’autres duos mordus de canicross, qu’ils soient simples amateurs ou compétiteurs, anonymes ou...

Fermer