« Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon. » Sans aller jusque là, cette citation d’Emil Zàtopek que j’aime beaucoup me rappelle combien la course à pied a changé mon quotidien.

Depuis que j’ai débuté ce sport il y a bientôt trois ans, un grand nombre de mes habitudes ont évolué. Voici un petit aperçu de ma vie avant / après le running.

Les soldes

Avant : Priorité aux petites robes girly et aux sacs à main, mes deux pêchés mignons pour lesquels j’étais capable de casser ma tirelire sans aucune lucidité.

Après : Les dernières Pegasus sont-elles encore disponibles à ma taille et en rose ? J’irais bien faire un tour chez Decath aussi, il me manque quelques paires de chaussettes techniques et une ou deux brassières. Tiens, et ce t.shirt est sympa. Au final avec tous les accessoires indispensables pour la course à pied, tout mon budget y passe.

Mon dressing

Avant : Des robes, des jupes, des chemisiers, des collants et quelques jeans. Bref, des trucs de fille coquette pas toujours très confortables mais jolis.

Après : Des t.shirts fluo, des cuissards, des manchons. Des sweats aussi, pour pouvoir récupérer de mes sorties en étant à l’aise. Bref, rien de très glamour.

Soldes running
Je fais collection de boîtes de baskets depuis que je cours.

Mon téléphone :

Avant : Les applis Marmiton et Shazam étaient mes meilleures amies.

Après : Nike +, Strava (n’oublie pas d’y rejoindre la team bête de course d’ailleurs) et TomTom (je porte la TomTom Runner 2) les ont remplacées.

La musique :

Avant : Mon compte Spotify était inondé de playlists de soirée comprenant tous les derniers morceaux à la mode pour faire danser les copains en soirée.

Après : J’ai plusieurs playlist de running dont une spéciale marathon. Eye of the tiger fait partie de mes chansons préférées. Désormais j’ai honte de brancher mon téléphone sur enceintes en soirée (« désolée les gars, j’ai plus de batterie »).

Les lessives :

Avant : Deux par semaine, une claire et une foncée.

Après : J’ai l’impression de vivre avec une équipe de foot à la maison et de passer mon temps à laver et étendre des affaires de sport.

Noël et anniversaires :

Avant : On m’offrait des trucs de fille ou des places de concert.

Après : On m’offre des accessoires de running. J’ai même eu un dossard à Noël cette année. Pour mon plus grand bonheur.

Eye of the tiger, chanson préférée du runner.
C’est de la bombe bébé !

Le samedi soir

Avant : Cul sec ? OK. Vodka, Get 31 et pinard étaient mes meilleurs alliés pour danser jusqu’au petit matin. J’accompagnais même mes verres de quelques cigarettes.

Après : Du feu ? Bah non je ne fume pas. Cul sec ? Non, je préfère apprécier mon verre de vin car je ne vais pas en boire 50, je cours demain.

Le dimanche matin

Avant : Ca n’existe pas le dimanche matin. Cette journée commence à midi, non ?

Après : Réveil aux aurores pour tenter de réaliser un nouveau RP sur 10km. Ou sortie longue. Dans tous les cas, une bonne dose d’endorphines pour finir la semaine en beauté. Sieste autorisée l’après-midi par contre !

Le lundi matin :

Avant : Dur.

Après : Encore plus dur avec les courbatures de la veille.

Le reste de la semaine :

Avant : Dur, vivement vendredi.

Après : Dur, mais la course me permet de garder la pêche et le sourire.

Ma trousse à pharmacie :

Avant : Des Doliprane et des Vogalène, pour faire passer la gueule de bois.

Après : De la crème anti-frottements pour les ampoules, de l’huile d’arnica pour les courbatures.

La trousse à pharmacie du runner.
Je te rassure, il y a toujours des Doliprane pour les lendemains de soirées difficiles.

Mon alimentation :

Avant : Des pâtes, des pizzas (je t’ai déjà parlé de mes origines italiennes ?), du fromage (beaucoup de fromage) et du chocolat. Deux verres d’eau par jour, pas plus, surtout utilisés pour faire passer le goût du roquefort avant le dessert.

Après : La même, avec plus de pâtes et plus d’eau, surtout à l’approche d’une compétition.

Les valises :

Avant : Deux maillots de bain, trois shorts, trois t.shirts, mes lunettes de soleil et une paire de tongs, ça suffit pour 10 jours de farniente à la plage.

Après : Des bouquins ou mes baskets de running ? C’est compliqué d’emmener les deux dans ce sac minuscule. Le choix est vite fait.

Mes lectures :

Avant : J’adorais feuilleter les magazines féminins en prenant mon petit-déjeuner ou avant de m’endormir.

Après : Jogging International et Running pour elles trônent désormais fièrement sur ma table de nuit.

Lecture du runner.
J’ai troqué mon Cosmo contre Jogging International.

Mon vocabulaire :

Avant : Celui d’une personne normale.

Après : Il s’est enrichi de nouveaux mots comme VMA, VO2Max, FCM, FCR, fartlek etc. Parfois je parle donc en langage codé.

Le self control :

Avant : Je ne savais pas ce que ça voulait dire.

Après : Zen attitude en (presque) toutes circonstances. Et quand ça ne va vraiment pas, un petit run pour se détendre.

Les Jeux Olympiques :

Avant : Ma bête noire, tout comme la Coupe du monde de football, l’Euro, Roland Garros et autres événements sportifs qui accaparent chéri durant de longues semaines chaque année.

Après : Je ne raterais pour rien au monde la diffusion du marathon. Ou plutôt des marathons car je regarde les deux : hommes et femmes. Aussi puissant qu’un bon film, ça me met la chair de poule.

Les runners :

Avant : Mais qui sont ces extra-terrestres habillés en fluo qui aiment tant se faire du mal ?

Après : Que je les connaisse ou non, ce sont tous mes amis puisque nous appartenons à la même communauté d’extra-terrestres.

Je te rassure : je suis toujours une fille coquette qui aime boire des coups, aller voir des concerts, lire de bons bouquins et veiller tard quand la soirée est sympa. Le running c’est pas l’armée non plus 🙂

Alcool et running.
S’hydrater avant et après une course, c’est fondamental !

Et pour toi, qu’est-ce qui a changé depuis que tu cours ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

23 Commentaires

  1. Je me reconnais bien ! Surtout pour Spotify, mes playlists running comportent plein de titre honteux (vive les années 90 !!)

  2. Eyes of the tiger, le tube runner indémodable mais je te conseille d’ecouter le titre de Muse, Survival !
    De plus, c’était l’hymne Olympique de 2012. Traduis les paroles et tu comprendras 😉

  3. Excellente analyse ! !!
    Avant : courir me fatiguant
    Maintenant : courir me met en forme
    Tout simplement :-))

  4. Bjr, je découvre ce blog, ce groupe, que je vais rejoindre d’ailleurs !
    Incroyable, moi aussi commencé la Cap il y a presque 3 ans, à 44 ans, pour ne pas « m’encrouter » un moyen de bien bouger ! Depuis, des 10km, des 20km, des semis et 2 marathons (paris et franckfort) je vise à nouveau Paris en 2017, et New York aussi ! Boostée par une équipe de runners au sein de ma boite et possibilité de courir dehors le midi, ou sur tapis le soir en hiver
    Tout pareil pour avant/après, j’ajouterais que je fais plus attention à mon alimentation.

    • Lo Répondre

      Bonjour Laure et merci pour ton message !

      Je fais un poil plus attention aussi, enfin surtout quand j’ai une compet !

      Bravo pour ce joli palmarès ! Je te souhaite de prendre beaucoup de plaisir à Paris et New-York, ces deux courses sont mythiques, savoure chaque instant 🙂

  5. Tu y vas fort là ! Ça va être compliqué de me séparer de l’image, devant les JO sur le canap’ avec une Kékette Red entre les mains..!

    Félicitation pour ton premier millier sur Facebook ! Il y en aura d’autres 😉

  6. Jibe run runner Répondre

    Très très bien cette article …Je reconnais bien la les sentiments runners valables pour moi aussi dans le style homme bien entendu si je peu de permettre !!! Je vois que tu es connaisseurs en bières et en tout bien tout honneur garde ton aspect coquette ca te va bien aussi…et surtout merci pour ces partages et cette bonne humeur ca fait du bien

  7. Wouaaah bella ragazza. Superbe article qui donne envie de se mettre ou se remettre au sport! Qui aurait cru … vraiment bravo!

  8. Euhhhh j’ai l’impression de lire ma vie ApreS le running!
    Moi qui étais allergique à la course à pied maintenant je m’enquille des dizaines de kilomètres ( en courant, je précise )par semaines ….

    • Lo Répondre

      J’étais complètement allergique aussi il y a trois ans 😉

      On y prend très vite goût !

  9. Tout à fait et j’use mes proches avec mes conversations running. Première phrase des enfants « maman tu as couru combien aujourd’hui…. »
    Ah oui et les soldes running exactement cela et d’ailleurs samedi décathlon pour me trouver un short pour le marathon de Barcelone. 🙂 plus de bijoux ni de maquillage. Bientôt une nouvelle armoire running je pense.

    • Mes proches ne comprennent pas pourquoi je cours et surtout pourquoi je paye pour courir et me faire mal lol .
      Mon dressing Comment dire ❓❓❓ il ressemble à un squatte rempli de cartons (baskets) traversé par un arc-en-ciel de courses….
      Avant je ne portais pas de montre mais s’était avant !!! Maintenant ma polar ne me quitte plus .

    • Lo Répondre

      Héhé, je viens de passer une grosse commande aussi chez Decath pour refaire les stocks 😉

      Je te souhaite de prendre beaucoup de plaisir à Barcelone, amuse-toi bien dans ton nouveau short !

  10. Oui le RUNNING ça nous transforme on a l impression de revenir a nos 20 ans au niveau du corps et pour l esprit que du bonheur positif tous les jours.

  11. …je cours depuis l’âge de 14 ans, alors avant/après connais pas même si suis passé par différents stades. Je n’ai donc pas eu la chance de connaître dans mon placard les petites robes girly et autres sacs à main d’avant, normal me diras-tu 😉

  12. Bravo, c’est sympa à lire. Je suis en plein changement actuellement avec de grosses courbatures 🙂

Écrire un commentaire

 

Plus dans Course
Lo 10km de la Flesselloise.
Compte-rendu des 10km de la Flesselloise

Je me suis inscrite à cette course, un peu poussée par Chéri, 15 jours avant. Tu le sais, j'étais fâchée...

Fermer