Chausser ses baskets et embarquer Médor pour une sortie canicross en tête à tête est toujours synonyme de joie, de détente et de bien-être, aussi bien pour lui que pour toi. Et puis il y a ces petits instants qui rendent un entraînement ou une course encore plus agréables voire carrément inoubliables. Voici le top 5 des situations qui me / nous font planer et adorer ce sport :

A l’unisson

J’ai beau partager ma vie et mes sorties running avec un braque de Weimar, race visiblement assez répandue en canicross pour ses qualités physiques, je ne cherche ni la performance, ni les chronos de champions. Bien sûr, ce n’est pas désagréable d’avoir la sensation de voler derrière Lupo quand il est gonflé à bloc par une odeur de femelle en chaleur ou de sortir parfois de ma zone de confort pour me surpasser grâce à son énergie communicative. Mais ce que je préfère, ce sont les moments où nous sommes en symbiose lui et moi. Quand nous arrivons à trouver le parfait équilibre entre son rythme et le mien : celui où il tracte juste ce qu’il faut pour m’aider à aller de l’avant sans pour autant me casser les reins, celui où nous communions dans l’effort sans subir la cadence de l’autre, celui où ni lui ni moi ne sommes frustrés ou au contraire sur le point d’exploser. Oui les braques sont d’excellents sprinteurs, mais ce sont aussi des chiens très endurants capables de prendre beaucoup de plaisir sur une sortie longue à allure raisonnable. La bonne vitesse, ce n’est pas celle des champions mais celle qui convient à notre duo.

Lo et Lupo entraînement canicross.
Pas toujours facile de trouver le rythme qui convient à tout le monde, mais avec l’amour et la complicité tout est possible.

Ca demande parfois quelques ajustements et donc quelques concessions, à l’un comme à l’autre, (parfois j’aimerais bien courir en mode tortue pour récupérer d’une course, et certains jours il irait bien courser ce beau petit chat qui lui fait de l’oeil), mais c’est toujours fait avec plaisir car il y a beaucoup d’amour, de respect et de complicité entre nous. Bref, ce qui me fait vibrer ce n’est pas d’aller le plus vite possible, mais le plus loin possible ensemble. Oui, le canicross est un sport assez technique, mais il faut aussi parfois (souvent pour nous), se laisser aller pour n’écouter que ses sensations et le bonheur de l’instant présent.

Son regard

Je parle très peu à Lupo quand nous courons. Uniquement pour lui indiquer les directions et le féliciter après un bon comportement (tu as résisté à l’envie de croquer le beau mollet de ce cycliste, bravooo, bon chien !). En revanche nous communiquons beaucoup par le regard. Surtout lui. Régulièrement, il se tourne en plein effort pour me faire les yeux doux. Ce qui me fait tant craquer, ce n’est pas la couleur de ses yeux (pourtant il y a de quoi !) mais plutôt son expression, que je pourrais traduire par : « On passe vraiment un super moment là ! ». Il lui arrive aussi de se tourner vers moi à l’approche d’une intersection pour connaître la direction à prendre. Un regard qui veut dire : « Je te fais confiance, on va où tu me dis d’aller. » Une grande satisfaction, surtout quand tu partages ta vie avec un chien de chasse qui se laisse plus souvent guider par les odeurs alléchantes de gibier que par la voix de son maître. Dans ces moments-là, tu sens que tu formes une vraie équipe avec ton chien et ça te rend tout simplement heureux.

Lo et Lupo complicité canicross.
Ce qui compte ce n’est pas d’aller vite mais d’aller loin ensemble.

Le regard des autres

Il y a les moins fun : les runners aigris qui te disent que tu n’as pas de mal à courir avec ton chien qui te « traîne », les peureux qui s’écartent violemment de ton chemin en hurlant comme si ton chien était un vampire assoiffé de sang ou les mamies qui s’empressent de prendre Choupette à bras, terrorisées à l’idée de croiser un chien aussi grand et dynamique que le tien (peut-être qu’en plus il est cannibale ? Qui sait…). Au final, ces situations me font sourire.

Et puis il y a les autres. Ces promeneurs, cyclistes ou coureurs, curieux ou tout simplement sympathiques, qui t’adressent un regard, un mot ou un sourire bienveillants lorsqu’ils te croisent. Il m’est même déjà arrivé d’être interpellée par un charmant couple de randonneurs, très intrigués par la particularité de notre équipage. Je me suis arrêtée avec plaisir (pourtant je ne devais pas sentir la rose) pour échanger quelques mots avec eux et les laisser caresser Lupo. Des gestes qui peuvent sembler anodins mais qui me rendent particulièrement fière de notre binôme et de la complicité que nous avons avec ma bête de course. Sans le savoir, ces personnes me donnent un bon coup de boost pour terminer la séance en beauté.

Lo et Lupo roulades herbe.
Le moment préféré de Lupo après une séance : les roulades dans l’herbe.

Roulade

Après chaque entraînement de canicross, j’ai pris l’habitude de lâcher Lupo pour qu’il se détende et aille se rafraîchir dans l’eau. C’est ma manière à moi de le récompenser et un moment qu’il attend avec impatience. Bien souvent, la première chose qu’il fait est de se rouler dans l’herbe comme un hystérique pendant de longues minutes. Un peu comme un ex taulard qui redécouvre la sensation de liberté et les douceurs de la nature après des années de prison. J’adore participer à ce moment en lui grattant le ventre, ce qui le met encore plus en joie. C’est un réel plaisir de le voir aussi heureux après une bonne séance de sport, preuve que ça lui fait du bien et que les endorphines lui font autant d’effet qu’à moi. Bien souvent, c’est le moment qu’il choisit pour m’adresser son plus beau sourire en guise de remerciements.

La récup

Plus jouissif encore que l’instant roulades dans l’herbe, c’est la sieste d’après course. Elle fait partie de mes rituels depuis toujours. Quoi de plus agréable que de se vautrer dans son canapé, d’attraper un bon bouquin pour n’en lire finalement que deux pages et de se laisser happer par le sommeil après une bonne sortie longue le dimanche ? Bref, la sieste ici c’est sacré et ça se transmet de maître en chien.

Lo et Lupo sourire canicross.
La plus grande des satisfactions c’est quand tu vois ton chien sourire après une séance !

Avant de laisser Lupo ronfler (un jour je vous posterai une vidéo, promis), je passe toujours un petit moment à le caresser, à le chouchouter et à le masser pour lui permettre de se détendre, de lui éviter les courbatures et de prolonger la complicité après la course. Car le canicross ce n’est pas uniquement le chrono mais tous les petits instants magiques qui renforcent encore plus les liens.

Et toi, quels sont les moments que tu préfères ?

Cet article t’a plu ? Encourage nous en likant cette page ou en la partageant 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

8 Commentaires

  1. Sympa le blog ! Ce qui me donne le frisson, c’est quand, en plein effort sur une course, tu encourages ta bête et qu’elle en remet une couche alors que tu sais qu’elle n’en peut plus… Pour faire plaisir à son maître et aussi par orgueil ! Eh oui, ma louloute est archi motivée et très concentrée en course – plus que moi ! Elle a vraiment l’esprit de compétition : ce serait mon numéro 6 🙂

    • Lo Répondre

      Salut Arnaud,

      Jamais fait de compet de mon côté donc je ne peux pas parler de ce point 😉

      Mais effectivement ça fait plaisir de voir ton chien remettre une petite louche sur le finish pour te faire plaisir car tu l’encourages à fond la caisse !

  2. C’est vraiment un très bel article sur la complicité « femme – chien »… et ça donne envie de se mettre au cani-cross ! Merci.

    • Lo Répondre

      Merci beaucoup Marie 🙂

      Ca nous a vraiment bien rapprochés, c’est un sport vraiment chouette !

  3. Comme je reconnais dans cet article
    C’est tellement sa ces instants de complicités, ces regards qu’on sait interpréter l’un et l’autre
    le regard des autres (qui m’a fait beaucoup rire parce que c’est tellement vrai)
    Nous on a l’habitude de jouer en fin de course aussi façon pour lui d’avoir une sorte de récompense
    et surtout la sieste en rentrant quel pied !
    Au plaisir de te lire 🙂

    • Lo Répondre

      Merci Cécile pour ton message 🙂

      Ah oui le jeu ça fait partie de la récompense aussi parfois chez nous !
      Ce sport est vraiment fabuleux en termes de complicité, on passe de super bons et beaux moments 😉

  4. Bonjour,

    Je découvre ce blog que je trouve très sympa, je cours depuis peu avec ma chienne (doberman) et ce que tu dis dans cet article est clairement ce que je ressent avec ma chienne, le regard qu’elle me lance quand on court tous les deux, elle saute au moins une fois contre moi quand on court, histoire de faire « le chat » en se frottant contre moi. C’est un régale. Ah oui sans oublier la séance de léchouille quand je lui enlève le harnais 🙂

    Merci pour ce blog que je vais m’empresser de lire.

    • Lo Répondre

      Merci beaucoup Anthony pour ces compliments et ton retour d’expérience ! Continue de t’éclater avec ta chienne (j’adore les doberman !) et de profiter de ces beaux moments de complicité 🙂

Écrire un commentaire

 

Plus dans Canicross
Trio mordu de canicross : Laurine, Oscar et Patch

Bête de course donne la parole à d’autres duos mordus de canicross, qu’ils soient simples amateurs ou compétiteurs, anonymes ou...

Fermer