Aline Langlois ne passe pas inaperçue avec sa taille mannequin et sa bonne humeur communicative. Cette pétillante normande est d’ailleurs aussi à l’aise dans ses défilés de Miss que sur les podiums de canicross, qu’elle enchaîne avec Lexus, son beau et dynamique braque de Weimar. Egalement mordue d’équitation, elle exerce avec passion le métier d’ostéopathe animalier en Haute-Normandie mais aussi, sur demande, dans les départements voisins et sur des compétitions de canicross. Sa vision du sport, ses petits conseils, les erreurs à éviter en canicross… Aline a accepté de répondre à mes questions pour vous aider à y voir plus clair sur l’ostéopathie canine.

Quel est le rôle de l’ostéopathe dans la vie d’un chien de canicross ?

Nos chiens de canicross sont avant tout des athlètes, au même titre que nous. J’entends par là qu’une consultation en ostéopathie doit se faire avant tout à titre préventif. En effet, en plus de limiter l’apparition de certaines pathologies ou douleurs chez le chien, cette prise en charge est un réel atout pour la préparation du chien en lui apportant le bien-être et le confort qui sont nécessaires pour optimiser son fonctionnement, donc ses performances également. Il faut également avoir conscience que l’effort de traction sollicite énormément les chiens. Des blocages ostéo-articulaires ou des tensions musculaires peuvent alors apparaître et engendrer progressivement des compensations ou des douleurs qui pourront alors avoir un impact sur l’intégrité physique et parfois même émotionnelle du chien. Par un suivi régulier, l’ostéopathe s’avère donc être un réel allié, tant pour la longévité sportive que pour les performances de nos compagnons à quatre pattes !

À quelle fréquence recommandes-tu de consulter ?

Il faut au moins envisager une ou deux consultations par an. Par exemple, sur un chien en bonne santé, je recommande une séance lors d’une période où les compétitions ne s’enchaînent pas tous les week-ends afin qu’il puisse avoir le repos nécessaire pour bien récupérer ainsi qu’une rééducation adaptée. Si de grosses échéances sportives sont envisagées au cours de la saison, une autre consultation peut s’avérer utile en amont, afin se s’assurer que le chien soit dans de parfaites conditions pour être au top le jour J ! En dehors de ces deux consultations par an, il ne faut pas hésiter à demander conseil ou a consulter de nouveau si le chien présente le moindre problème. Et il faut également savoir que certains chiens auront peut-être besoin d’un suivi encore plus régulier que d’autres. En effet, chaque organisme est différent et votre ostéopathe canin sera à même de vous conseiller une fréquence plus adaptée si besoin.

Lexus braque de Weimar
Lexus a deux ans et demi. Aline l’a récupéré il y a un an et depuis, ils sont inséparables.

À quelle pathologies / blessures les chiens de canicross et caniVTT sont-ils le plus souvent confrontés ? Quels conseils donnerais-tu pour les prévenir ?

D’un point de vue ostéopathique, l’effort de traction ainsi que les points de pression du harnais peuvent avoir un impact et des répercussions sur l’ensemble du corps. En ce qui concerne les pathologies ou blessures, je pense que la déshydratation et le coup de chaleur sont les deux éléments qui arrivent en tête de liste. Les chiens y sont tout particulièrement exposés et il faut être très vigilants là dessus. Les lésions musculaires type déchirure ou tendinite surviennent parfois. Leur apparition peut néanmoins être fortement limitée par un bon entraînement. L’échauffement du chien ainsi que sa récupération après l’effort sont également très importants. J’accorde justement une attention toute particulière au fait de sensibiliser les gens à ce sujet car il est encore malheureusement trop fréquent de voir un chien sortir de la voiture pour aller directement faire sa course puis remonter en voiture… C’était d’ailleurs le thème de mon intervention sur le stage d’Antony Le Moigne en ce début d’année. Les stagiaires ont pu découvrir une approche du massage à pratiquer sur leurs chiens afin de pouvoir optimiser la récupération après l’effort et renforcer la complicité du duo.

Certains chiens ont-ils plus de problèmes que les autres ? Si oui, lesquels ?

Comme je l’ai déjà dit, chaque chien est différent car chaque organisme est différent. Chaque race possède ses particularités et chaque chien possède lui-même une conformation et des aplombs qui lui sont propres. Il est donc difficile de répondre à cette question. Il y a également pas mal de facteurs extérieurs qui interviennent à savoir : l’environnement, les habitudes de vie, l’alimentation, l’entraînement et plein d’autres éléments.

Quels chiens sont les mieux disposés à pratiquer le canicross morphologiquement parlant ?

Avec l’évolution rapide de notre sport, nous assistons à de plus en plus de croisements ou de races qui tendent à obtenir des lignées de chiens prédisposés, de futurs champions. Beaucoup de critères peuvent alors rentrer en compte, par exemple : de bons aplombs, des chiens plutôt élancés et fins afin de gagner en amplitude de foulée ainsi qu’en vitesse, un dos à la fois fort et souple, une cage thoracique profonde et bien d’autres critères qui favorisent à la fois force, vitesse et endurance. Ces chiens sont particulièrement puissants et par conséquent, mieux vaut avoir déjà un minimum d’expérience en course à pied car il il faut avoir le niveau de courir avec de tels chiens, pour éviter de se blesser ou de se faire peur. Bien que la morphologie soit au cœur de cette question, il est nécessaire de trouver un chien que le coureur soit capable de gérer, et avec lequel prendre du plaisir, car c’est le principal ! Et quelle que soit la race, l’essentiel est de penser au mental du chien, courir doit être avant tout un jeu pour lui, comme pour nous, pensez-y !

Aline et Lexus
Aline et Lexus sont de véritables bêtes de course.

Il y a un éternel débat autour de la question de l’âge du chien pour débuter en Canicross. Quel est ton avis là dessus ?

En effet, les avis varient sur ce sujet. Je pense que c’est une très bonne chose que les courses soient interdites avant un an pour le canicross et un an et demi pour le caniVTT. Il faut savoir que la croissance peut être plus ou moins longue selon les races. Tout d’abord le chien grandit puis il passe également par une phase plus tardive où il va s’étoffer et prendre en masse musculaire, notamment au niveau du poitrail. C’est à ce niveau que la pression du harnais est importante, il est donc légitime de laisser son chien se développer correctement sans ajouter de contraintes supplémentaires trop importantes qui pourraient engendrer des problèmes par la suite. Je pense que l’entraînement du chien avant un an doit se faire de façon très progressive et essentiellement en liberté afin que le chien puisse gagner en endurance et développer sa foulée. Je ne suis pas opposée au travail d’éducation avec le harnais, mais j’insiste bien sur la notion d’éducation et non d’entraînement à cette période. L’idée étant juste d’habituer le chien au matériel et une fois de plus, de lui donner envie, pour que la préparation à la traction future soit un jeu et non pas une contrainte. Pour cela, je pense notamment à une mise en situation d’un départ en suivant un autre chien par exemple, mais sur quelques centaines de mètres uniquement. Et il me semble également judicieux de commencer les courses par les canicross courts pour former le chien et continuer sur une évolution très progressive.

Jusqu’à quel âge un chien peut-il courir ?

Il n’y a pas de limite d’âge, cela dépend de la forme de chaque chien. Même en vieillissant, les chiens ont toujours la même envie sur la ligne de départ. Seulement la récupération s’avère de plus en plus longue et compliquée. Je ne pense pas qu’il soit judicieux d’arrêter un chien du jour au lendemain. Dès les premiers signes de fatigue, il est important de limiter la durée des balades ou des courses. Les chiens qui aiment ça vont avoir du mal à se gérer, donc c’est notre rôle. Mieux vaut ne faire que 3km mais que le chien soit bien après et le lendemain plutôt que d’en faire 10 et de voir son chien raide et avec des difficultés pour se déplacer les jours suivants. Limiter la durée tout en gardant une certaine régularité dans l’exercice pour garder la forme et ainsi réduire progressivement les courses pour ne pas que le chien s’ennuie de façon trop brutale. Un suivi plus régulier par l’ostéopathe animalier est également très utile au cours de cette période.

Quels sont les bienfaits du canicross pour le chien ?

Déjà vis à vis de la condition physique, cela permet d’avoir des chiens qui gardent la ligne et qui bougent donc qui sont en meilleure forme. Ensuite du point de vue de la socialisation, les chiens voient des lieux différents, des personnes ainsi que d’autres chiens, c’est très instructif. Je connais des éducateurs qui se servent justement du canicross pour éduquer des chiens avec des passés pas toujours idylliques… Et le point qui me semble essentiel c’est le moyen de développer une complicité qui dépasse toutes nos limites, unis dans le même effort, se dépasser l’un pour l’autre, cela renforce les liens!

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite débuter le canicross avec son chien ?

La chose la plus importante  : que le chien comme le coureur prennent du plaisir avant tout !! Je pense qu’il est important de se rapprocher d’un club afin de bénéficier des conseils de personnes plus avisées mais également pour que le chien puisse être en situation avec d’autres chiens. C’est très important de savoir avant tout anticiper certaines réactions et gérer son chien pour éviter certains accidents. Il est également utile de prendre le temps de lire le règlement des courses, on y trouve des infos importantes. Et, quelque soit le niveau du binôme, la régularité de l’entraînement est importante et il doit également se faire de façon très progressive. Et, dernière chose importante également : prendre le temps d’observer son chien pour apprendre à le connaître, l’ostéopathe sera à même de vous conseiller à ce sujet.

Pour plus d’infos, RDV sur le site Internet d’Aline et sa page Facebook.

 

Tu ne likes pas encore notre page Facebook ? Pour suivre nos aventures au quotidien c’est par ici 🙂

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

Écrire un commentaire

 

Plus dans Canicross
Tu sais que tu es canicrosseur quand …

En tant que runneur, tu te sens parfois incompris aux yeux des gens normaux. Depuis que tu fais aussi du...

Fermer