Je me suis mise au canicross un peu par contrainte, pour empêcher Lupo d’aller courser les poules d’eau et les chats lors de nos sorties en libre. Le jour où il a chopé un chaton (que j’ai réussi à sauver in extremis grâce à un sprint façon Usain Bolt), je me suis dit « Stop mon coco, la fête est finie ».

Je n’avais plus le choix si je voulais préserver la faune amiénoise et continuer à faire courir mon chien. Une fois équipée, il m’a fallu plusieurs séances pour apprendre à maîtriser la bête, caler ma foulée sur la sienne, me familiariser avec le matériel de canicross et commencer à apprécier ce sport qui nous apporte tant aujourd’hui.

Avant ça, je me suis posé 1000 questions. Aujourd’hui je ne prétends pas détenir toutes les réponses mais voici mon ressenti et mes petites astuces de jeune pratiquante régulière pour bien débuter en canicross.

À quel âge commencer le canicross ?

Cette question suscite de nombreux débats – pas toujours très courtois d’ailleurs – dans le milieu du canicross. Il y a deux écoles : celle qui prône l’exercice, modéré bien sûr, dès l’âge de 6 / 8 mois, et celle qui pense qu’il faut impérativement attendre la fin de la croissance du chien (durée très variable selon sa taille adulte) avant de le faire courir. Pour ma part, je n’ai pas eu à me poser cette question puisque Lupo s’est gravement blessé à l’âge de 7 mois (double fracture de la patte), ce qui a nécessité une intervention chirurgicale, deux mois d’immobilisation et de longues semaines de rééducation. Je te laisse imaginer la galère… Bref, j’ai commencé à le faire courir quand il a arrêté de boiter après un effort trop soutenu et que j’ai eu le feu vert de mon véto. Il avait alors 13 / 14 mois. Avant sa blessure, il était déjà habitué aux longues balades.

À mes yeux l’élément le plus important n’est pas l’âge mais la progressivité. Si tu souhaites participer à une compétition avec ton chien le jour de ses 12 mois, âge minimum dans les règlements de canicross, il va de soi que tu l’auras entraîné avant. Tu aimerais toi, qu’on te balance sur un semi-marathon sans avoir jamais enfilé une paire de baskets auparavant ? Idem, si tu viens d’adopter un chien de 3 ou 4 ans qui n’a jamais couru, tu éviteras de le faire tracter 8 bornes d’affilée, sous prétexte qu’il est déjà adulte.

Lo et Lupo canicross
Si ton chien manque de motivation, essaye de courir avec un lièvre devant lui ou entraîne-toi en club avec d’autres chiens.

=> Sur cette série de photos j’utilise avec Lupo un harnais de canicross Zero DC Faster, un baudrier de canicross Zero DC et une longe Inlandsis Canicrosstrail.

Débuter le canicross en libre ou en traction ?

Toujours à mes yeux (mais ce n’est que mon humble avis), il vaut mieux démarrer par du libre. C’est beaucoup moins traumatisant pour le chien puisqu’il peut aller à son propre rythme. Et c’est une bonne manière aussi pour lui de se familiariser avec la présence de son maître en mouvement. Cette première étape a été assez folklorique pour nous puisque Lupo, qui est un chien assez excitable avec un fort instinct de prédation (il a des qualités je te rassure…) me sautait dessus en me mordillant dès qu’il se retournait et me voyait courir… J’ai remédié au problème en lui tournant le dos accompagné d’un « non » bien sec dès qu’il se jetait sur moi. Le Weimar étant aussi un chien têtu, j’ai dû répéter l’opération de nombreuses fois… Mais ça a fini par rentrer dans sa petite tête de linotte !

Pour ces premières séances en libre, je te conseille des endroits peu fréquentés et avec peu de distractions afin de faciliter l’apprentissage. Profite de ces sorties pour lui apprendre le « stop » si cet ordre – qui pourra te sauver la vie par la suite – n’est pas encore acquis. Là dessus, je n’ai pas à ramener ma fraise car avec Lupo, c’est encore une fois sur deux… S’il y a un chat ou une bonne odeur à renifler dans les parages, autant dire que je peux me brosser !

La traction est arrivée dans un second temps pour moi, après environ un mois et demi de pratique en libre. J’ai énormément de chance, Lupo a le canicross dans le sang. Je n’ai pas eu besoin de lui apprendre à se positionner devant moi et à tracter (le seul avantage quand tu as un chien qui tire comme un malade en laisse !), il a tout fait instinctivement. Si ce n’est pas le cas avec ton chien, je te conseille de demander à quelqu’un qui lui est familier de faire le « lièvre » en vélo ou de courir avec un autre chien (avec qui il s’entend bien, sinon c’est la boucherie assurée) à ses côtés. Mieux, si tu as la possibilité, n’hésite pas à faire un tour ou à t’inscrire dans un club de canicross. Les chiens apprennent beaucoup par mimétisme, l’effet de groupe aidera certainement ta bête de course à se motiver.

Apprendre directions canicross
Pour apprendre les directions, il faut dans un premier temps guider ton chien avec la laisse.

Apprendre les directions en canicross

C’est ce qui me semblait le plus difficile quand j’ai débuté le canicross. Comment apprendre les directions à mon chien alors qu’il a déjà du mal à s’asseoir quand je lui demande ? Finalement j’ai été surprise de voir à quel point ça venait facilement. Pour faire simple, au moment de tourner, je disais « gauche » ou « droite » à Lupo en le guidant avec la ligne de trait d’une main et en lui désignant le sens souhaité de l’autre. S’il suivait bien le mouvement, je félicitais chaleureusement à la voix : « Ouiiiii, bravo, bon chien ! ». (Jamais de friandise ! Pas pratique de s’arrêter en course… et très mauvais de nourrir son chien pendant l’effort !) Et je répétais plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il le fasse de lui-même sur ordre. Pour faciliter et accélérer l’apprentissage, je te conseille de travailler une seule direction à la fois. Autre méthode radicale : te rapprocher d’un club pour les mêmes raisons que celles citées dans le paragraphe précédent.

Les surfaces en canicross

Dans le mot canicross il y a cross, ce qui sous entend que c’est un sport qui se pratique sur des surfaces molles. Soit. Mais doit-on éviter le bitume pour autant ? Là encore, deux écoles se divisent. Pour ma part, je n’ai jamais exclu le macadam de nos entraînement. Déjà, parce que j’habite en ville et qu’il est difficile de l’éviter, même lors de nos promenades. Ensuite parce qu’il permet, selon moi, de tanner naturellement et plus facilement les coussinets du chien. Un procédé indispensable pour éviter blessures, coupures et usures qui vous priveront de sorties le temps (très long) de la cicatrisation. Bien sûr, je n’abuse pas de cette surface et je l’évite quand il fait chaud. Comme pour tout, si c’est bien dosé et que ça reste dans des proportions raisonnables, il n’y a aucun danger.

Canicross longue distance
Tu peux tout à faire courir 15km avec ton chien si son entraînement et ses capacités sont adaptés.

Sur quelle distance et à quelle fréquence faire courir son chien ?

Hormis les quelques règles de bon sens comme éviter de faire courir un bouledogue sur 20 bornes ou sur-entraîner ton chien au risque de le blesser… Tu es libre d’opter pour ce qui te convient le mieux ! À condition toutefois de respecter la règle numéro 1 qui est la progressivité. J’ai débuté le canicross avec Lupo sur des petites distances comprises entre 4 et 5 kilomètres à raison d’un entraînement par semaine. Plus je le sentais à l’aise, plus j’augmentais la distance et la fréquence de nos sorties. Comme pour nous humains, cette méthode permet de renforcer les muscles, les tendons, d’éviter les blessures et de muscler le coeur petit à petit pour développer l’endurance et préparer le corps à des efforts plus importants. 

L’entraînement idéal, c’est celui qui vous correspond le mieux à tous les deux, celui qui prend en compte les capacités physiques de ton chien, les tiennes aussi accessoirement, tes envies et tes objectifs. Si tu souhaites faire des compétitions de canicross avec Médor, tu éviteras de le faire tracter sur 10km afin de le garder motivé et concentré durant toute la course. Certaines personnes ne mettent le harnais de canicross à leur chien qu’au moment de la traction pour que celui-ci assimile le matériel au travail qui lui est demandé. Perso je n’ai pas besoin de ça pour que Lupo comprenne ce que j’attends de lui une fois qu’il est relié à moi. Même en libre, donc, il porte toujours son harnais, ce qui me permet de pouvoir le rattacher ou de le tenir en cas de croisement / soucis / accident.

Si comme moi tu pratiques essentiellement en loisir, les seuls mot d’ordre sont le plaisir, le fun et le feeling ! Ma recette pour passer du bon temps avec mon chien : zéro prise de tête. En course à pied je suis plus long que court alors il m’arrive très souvent de faire 15 ou 17 km reliée à Lupo. Une attitude qui m’a déjà valu quelques remarques  du style « C’est mauvais de faire tracter un chien aussi longtemps ! » ou « Au bout d’un moment il ne tractera plus ». Et alors, où est le problème ? Je me fiche d’avoir un chien qui me déboîte le dos sur 3 ou 4 kilomètres pour faire des podiums en compétition, ce qui m’intéresse c’est d’avoir un compagnon qui soit capable de me suivre sur toutes mes sorties du quotidien et de les apprécier autant que moi. La ligne de trait pour nous la plupart du temps, c’est juste une sécurité. Elle est là pour éviter que Lupo aille égorger une poule d’eau ou embêter les cyclistes car nous courons dans des endroits assez fréquentés. Mon chien a un esprit de compétition aussi aiguisé que celui d’Usain Bolt, il sait très bien se mettre en mode « machine » quand il prend le départ d’une course officielle. Je n’ai donc pas besoin de le « conditionner » pour ça au quotidien. Et gros avantage avec ces entraînements assez libres, j’ai un chien hyper polyvalent, aussi à l’aise en sprint qu’en endurance. Si ta bête de course est plus disciplinée et que la mienne, tu peux te faire plaisir sur la distance car en libre, c’est quasi du no-limit vu que le chien se régule seul ! (toujours à condition de l’avoir entraîné progressivement et de surveiller d’éventuels signaux de fatigue).

Canicross libre échauffement
Je laisse toujours Lupo se défouler un bon coup avant de l’attacher, ça me permet d’éviter de voler en début de séance.

Réussir sa séance de canicross

Comme pour le running, un entraînement de canicross est toujours structuré de la manière suivante : échauffement, effort plus ou moins intense, retour au calme. Avec Lupo, on démarre toujours par une petite balade dans le calme (enfin on essaye car c’est un mot qu’il ne connaît pas vraiment) pour qu’il puisse renifler, arroser les arbres, se détendre et soulager ses intestins. Bien souvent, je le laisse ensuite courir entre 10 et 20 minutes en libre avant de l’attacher pour la course. Ca lui permet de se défouler et de faire ses trucs de chien (comme… courser les poules d’eau ou attaquer une belle branche d’arbre) pendant que je fais doucement chauffer le moteur de mon côté. Quand on est prêts tous les deux, la séance peut commencer. Quelle que soit sa durée, n’oublie pas de faire boire ton chien pour éviter le coup de chaud ou la deshydratation. Une fois qu’elle est terminée, je félicite chaleureusement Lupo (bisous, caresses, jeu, à toi de voir !) et le détache une nouvelle fois pour le laisser se rouler dans l’herbe et lui gratter le ventre, un des moments qu’il préfère.  Pour éviter la lassitude, je varie au maximum nos parcours et les types de sorties (endurance, rapide, libre quand je peux). Je ne cours jamais deux jours de suite avec Lupo, sauf si les séances ont été d’intensité modérée ou faible. La récup, c’est aussi important pour eux que pour nous.

J’espère que ce petit « guide » t’a apporté les réponses que tu souhaitais. Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à m’en faire part via ce formulaire, je me ferai un plaisir d’y répondre 🙂
Tu ne likes pas encore notre page Facebook ? Pour suivre nos aventures au quotidien c’est par ici 🙂

 

Tu peux aussi nous retrouver sur Instagram et Twitter !

Auteur

Journaliste au caractère bien trempé, accro à ses baskets et à son chien. Blogueuse course à pied et canicross

3 Commentaires

  1. Merci pour ces précieux conseils ! Je me suis mise à la course récemment et j’ai décidé naturellement d’emmener avec moi mon chien, d’autant plus quand je cours après le travail et que je n’ai pas le temps pour une longue promenade + un run. C’est un croisé Jack Russell, certes petit mais étant débutante je cours peu de temps et à une allure modée, et puis il a la patate.
    Sauf que… c’est une catastrophe mais même si je m’en doutais en lisant ton article je me rends bien compte que c’est en grande partie ma faute.
    Je ne lui laisse pas assez de temps avant pour se défouler tranquillement, voulant démarrer de suite ma course pour me défouler moi après ma longue journée alors que lui a besoin de renifler tranquillement tout ce qui l’entoure. Il a très peur des autres chiens et s’arrête net quand il en voit un à moins de 100m (on y travaille… comme toi je l’ai eu à 8 mois et si avec les humains c’est nickel c’est niveau sociabilisation canine que c’est l’horreur, mais il y a de nets progrès) donc ps pratique pour garder le rythme. Je mets pause toutes les 30s à mon chrono ce qui me frustre comme pas possible, je m’énerve, je tire sur sa laisse…. bref, je fais plus ou moins tout mal ^^
    Mais je vais tenter plusieurs sorties « pour lui » en lui accordant plus de temps pour démarrer et avec des récompenses dès qu’il avance et on verra bien ! Je croise les doigts parce que quand il comprend qu’on rentre il avance enfin et c’est un vrai plaisir, il se place parfaitement par rapport à moi même en liberté et on s’amuse bien… et surtout il avance malgré ses petites pattes qui ont déjà parcouru 5 km donc je sais qu’il en a sous le capot !

  2. Merci pour tous ces conseils et remarques de « la vraie vie » ! Et plus généralement merci pour ce blog de canicross-running assez unique en son genre et plein d’infos très intéressantes.
    J’ai un Drathaar de 4 ans (avec beaucoup de Braque dans le croisement a priori) et j’essaie de courir avec lui. Mais je n’ai pas un gros niveau et je culpabilise un peu : de ne jamais dépasser les 5km, de ne pas courir assez vite, de ne pas tenter un vrai entraînement en traction (quand je l’attache à moi c’est plus souvent pour éviter qu’il file n’importe où que pour la performance…) … mais finalement comme tu le dis il ne faut rien s’imposer de trop contraignant, et les moment de course en libre sont utiles aussi. En voyant les performances de ton grisou je me dis que mon blackie-cookie a aussi un beau potentiel de canicrosseur (et que finalement il écoute pas si mal que ça ! 😛 )

Écrire un commentaire

 

Plus dans Canicross
Lo et Lupo complicité canicross.
Canicross : ces 5 moments magiques

Chausser ses baskets et embarquer Médor pour une sortie canicross en tête à tête est toujours synonyme de joie, de détente et...

Fermer